Tori Amos

Genre female vocalists, singer-songwriter, alternative, piano, rock

Myra Ellen Amos (appelée Myra Ellen) est la fille du Dr. Rev. Edison et de Mary Ellen Amos. Elle est née le 22 août 1963 à l'hôpital Old Catawba à Newton (Caroline du Nord) lors d'un voyage de ses parents depuis leur maison à Georgetown jusqu'à la Caroline du Nord. Lorsqu'elle eut 2 ans et demi, sa famille déménagea à Baltimore dans le Maryland où elle commença à jouer du piano ; elle allait à l'église de son père chaque semaine. À l'âge de 5 ans, elle écrivit sa première chanson. Au cours de ces années, elle apprit beaucoup de sa grand-mère maternelle qui était une Cherokee de l'Est ayant des ancêtres européens.

En 1968, une bourse du Conservatoire de musique en poche, elle entre dans cette école Peabody en tant que plus jeune admise. À l'âge de 11 ans, sa bourse fut interrompue. Deux ans plus tard, elle commença à étudier au Montgomery College et commença à jouer dans des pianos bars (dont de nombreux bars gays), chaperonnée par son père le Révérend Amos. Ce dernier commença à envoyer les maquettes des chansons qu'elle avait écrites à des maisons de disques.

Elle se fit remarquer en gagnant un concours de jeunes talents du comté, et sa photo fut publiée dans un journal local. La chanson qu'elle interpréta s'appelait More Than Just a Friend. Quand elle entra au lycée, elle était déjà bien connue à Washington. Pendant ses années d'études au lycée Richard Montgomery, elle fut élue "Homecoming Queen", "Most Likely to Succeed female", "Most Talented female" et "Best All-Around female, et elle s'impliqua dans la troupe de théâtre. En tant qu'ancienne élève du lycée, elle co-écrivit Baltimore avec son frère Mike pour une compétition à laquelle participait l'équipe de baseball des Baltimore Orioles.

Cette chanson gagna le concours et devint son premier single pressé pour sa famille et ses amis. A peu près à cette époque, elle adopta le nom de « Tori », après que l'ami d'un ami lui ait dit qu'elle ressemblait plus à une Tori qu'à une Myra Ellen. Selon des propos de Tori Amos ce serait en référence à un arbre – le pin Torrey – ou alors ce serait parce qu'elle est devenue célèbre – no-TORI-ious en anglais – d'autant plus qu'elle portait des pantalons en cuir quand elle enseignait le dimanche à l'église de son père.

Y Kant Tori Read (1985-1988)

À l'âge de 21 ans, Tori Amos déménagea à Los Angeles afin de poursuivre sa carrière musicale. Elle y décrocha de nombreux emplois en intérim. Elle joua notamment dans une publicité pour les céréales Kellogg's - pour ce rôle, elle battit Sarah Jessica Parker, pas encore connue à l'époque. Tori Amos déclara avoir obtenu ce travail parce qu'elle pouvait réellement jouer du piano alors que Sarah Jessica Parker ne le pouvait pas. Après avoir joué et chanté une nuit dans un bar, elle raccompagna en voiture un client qui l'agressa sexuellement (une expérience narrée dans « Me and a gun »). Elle rencontra également Steve Caton, guitariste sur ses albums jusqu'à To Venus and Back (1999).

En 1985, Tori Amos créa un groupe de musique nommé Y Kant Tori Read. Le nom du groupe est une référence à la facilité qu'elle a de jouer à l'oreille des morceaux de musique à Peabody et son aversion à jouer certaines partitions. En dehors d'elle-même, le groupe était composé de Steve Caton, Matt Sorum (qui fit partie plus tard de The Cult et Guns N' Roses), et Brad Cobb. Une année plus tard, Atlantic Records offrit à Amos un contrat de 6 albums. En 1988, son premier album Y Kant Tori Read fut réalisé et fut descendu par la critique. C'est une expérience qui l'a marquée mais Amos recommença à travailler avec d'autres artistes (comme Stan Ridgway de Wall of Voodoo, Sandra Bernhard, et Al Stewart) en tant que choriste. Par ailleurs, elle enregistra la chanson Distant Storm pour le film China O'Brien ; au générique, la chanson est attribuée à un groupe appelé « Tess Makes God » avec « la participation de Ellen Amos en tant que choriste ».

Little Earthquakes (1990-1992)

Atlantic Records demanda à Tori Amos un disque pour mars 1990. Lorsqu’elle leur montra ses premiers enregistrements, ils furent rejetés, en disant qu'une fille jouant du piano, ça n'allait pas vendre. Entièrement remanié avec l'aide de Steve Caton, Eric Rosse, Will MacGregor, Carlo Nuccio, et Dan Nebenza, le disque fut finalisé avec des chansons qui parlaient de son éducation religieuse, sa sexualité, de son identité et de son viol. Les cadres d'Atlantic Records changèrent d'avis en écoutant la version remaniée du disque et transférèrent Tori Amos au Royaume-Uni pour accompagner le lancement du « nouvel » album réalisé sous le titre Little Earthquakes.

L'homologue européen d'Atlantic Records, East West, travailla avec acharnement pour promouvoir la promotion du disque. Il fut lancé avec Me and a Gun. Quand l'album fut réalisé au Royaume-Uni, il se plaça directement à la 14e place dans les charts. Il sortit aux États-Unis un mois plus tard où il fut accueilli favorablement par la critique. Les singles extraits de cet album furent Me and a Gun, Silent All These Years, China, Winter et Crucify. En parallèle, Tori enregistra la bande originale « Happy Workers » pour le film Toys, ainsi qu'une version remix qui est aussi incluse dans cette bande originale.

Au cours de cette première tournée, Amos se lia d'amitié avec l'auteur Neil Gaiman qui devint un fan. On raconte souvent que le personnage Delirium tiré du comics The Sandman de Gaiman s'inspire d'elle ; Gaiman aurait déclaré : « ils se volent sans aucun scrupules des caractéristiques l'un l'autre ». Le personnage a en fait été créé avant que tous deux ne se rencontrent.

Under The Pink (1993-1994)

Après avoir tourné pendant toute l'année 1992 pour promouvoir Little Earthquakes, Tori Amos alla au Nouveau-Mexique afin d'écrire son second album solo Under the Pink. Il se plaça directement en 1ère position au Royaume-Uni et 12ème aux États-Unis lors de sa sortie en janvier 1994. Cependant, certains critiques trouvèrent qu'il ressemblait davantage à une répétition du premier album qu'à une évolution. Quelques années plus tard, il fut néanmoins classé parmi les meilleurs albums des années 90 par le magazine Rolling Stone. En février, Tori Amos débuta la tournée « Under the Pink ». Quatre titres sortirent en single : God, Cornflake Girl (classé 4e au Royaume-Uni), Pretty Good Year et Past the Mission, sur lequel Trent Reznor du groupe Nine Inch Nails chante. Une édition limitée commémorant la tournée australienne fut réalisée et elle incluait un second disque « More Pink », une compilation de faces B.

À cette époque, un tabloïd australien réussit à prendre des photographies sous sa jupe au cours d'une performance en concert pendant laquelle elle ne portait pas de culotte. Elle ne fit aucun commentaire sur ce fait pendant onze ans, le citant seulement comme la raison pour laquelle elle ne fit aucune tournée en Australie entre 1995 et 2005.

Tori Amos collabora également à la chanson Butterfly pour la bande originale du film Higher Learning sorti en 1994 ainsi qu'à une reprise de la chanson Losing My Religion du groupe R.E.M.

En juin 1994, Tori Amos co-fonda l'association RAINN (Rape, Abuse and Incest National Network). Celle-ci met à disposition, aux États-Unis, un numéro vert d'aide et de soutien aux victimes de viol, permettant la mise en relation de ses correspondants avec leur centre de crise local.

En 1995, en duo avec Robert Plant, elle collabora à la chanson Down by the Seaside (feat. Tori Amos) sur l'album Encomium: A Tribute to Led Zeppelin en hommage à Led Zeppelin.

Boys For Pele (1995-1996)

Peu de temps après la fin de la tournée « Under the Pink », Tori sortit son troisième album solo : Boys for Pele, bien plus long que les deux précédents. L'accueil des critiques fut mitigé. Des textes ne sont pas très compréhensibles pour certains fans, surtout avec l'utilisation des sons de cloches d'église, des cornemuses et d'un chœur gospel ; c'est ce qui a peut-être tenu cet album en dehors du circuit ordinaire. Après, la tournée fut « Dew Drop Inn » ; lors de celle-ci, comme sur l'album, Tori joua du clavecin en plus du piano. Le single Caught a Lite Sneeze a été un succès au Royaume-Uni et le remix de Professional Widow par Armand Van Helden a si bien fonctionné en discothèque que c'est cette version qui a été incluse plus tard dans son anthologie Tales of a Librarian.

« Boys for Pele » est l'album qui a le mieux marché dans les charts de l'autre côté de l'Atlantique, atteignant la 2e place au Royaume-Uni et aux États-Unis lors de sa sortie en janvier 1996. Comme ses quatre premiers albums solo, il est disque de platine (plus d'un million de disques vendus aux États-Unis).

Le film « Twister » sorti en 1996 inclut un remix d'une de ses chansons, Talula qui est sur l'album « Boys for Pele ».

En 1996, Tori créa également son propre label nommé Igloo qui fait partie d'Atlantic Records. Le premier groupe qu'elle signa (et avec lequel elle coproduisit) fut Pet dirigé par la chanteuse Lisa Papineu. Leur premier album éponyme incluait la chanson Lil' Boots qui figure également sur la bande originale du film « The Crow: City of Angels ». Les ventes de disques n'ont pas eu beaucoup de succès et le label ferma rapidement.

Elle organisa un concert très médiatisé à la télévision appelé « Le concert pour RAINN » à la fin de l'année 1996. Pendant ce concert, elle interpréta sa chanson quasi blasphématoire Muhammed my friend avec son ami Maynard James Keenan du groupe Tool. Au cours de cette année, elle a également co-écrit et interprété la chanson « It Might Hurt a Little Bit » avec le chanteur Michael Stipe du groupe R.E.M.. Elle avait été pressentie pour la B.O du film Don Juan DeMarco mais finalement n'a pas été utilisée et n'a jamais été réalisé.

Tori Amos a parlé des ses expériences avec des drogues hallucinogènes, en particulier sur l'album « Boys for Pele ». Elle a déclaré qu'elle « avait pris le thé avec le diable » au cours de l'une de ses expériences ; c'est ce qui l'a amenée à écrire la chanson Father Lucifer.

From The Choirgirl Hotel (1997-1998)

Le quatrième album de Tori Amos, From the Choirgirl Hotel, sortit en mai 1998. L'album est différent des précédents. Les sons bruts de son piano sont accompagnés de dance music, d'électronique et de jazz. Quelques critiques sont mitigées mais la majorité est positive. Il a été élu l'un des meilleurs albums de l'année par le magazine musical Q et les fans l'ont en général bien accueilli.

Le premier extrait Spark fonctionne commercialement durant le printemps 1998, les chansons qui sortent par la suite se vendent bien également : Jackie's Strength et Raspberry Swirl. La version remixée de « Jackie's Strength » grimpa à la première place des charts dance. L'album lui-même connaît un succès commercial comme ses prédécesseurs en atteignant la 6e place au Royaume-Uni et la 5e aux États-Unis lors de sa sortie. Il s'est écoulé à plus d'un million d'exemplaires uniquement sur le territoire des États-Unis.

La tournée qui suivit la sortie de l'album, le « Plugged '98 », fut la première où elle fut accompagnée d'un groupe entier. Par la suite, lors la tournée « Five and a Half Weeks » en 1999, elle partagea la tête d'affiche avec Alanis Morissette avant la sortie de son double album To Venus and Back. De nombreuses personnes mentionnèrent Tori Amos comme la « première partie » d'Alanis Morissette parce qu'elle jouait toujours la première ; cependant, cela était dû uniquement aux aspects logistiques d'amener un piano à queue sur scène.

To Venus And Back (1999)

Ensuite, Tori planifia la sortie d'un album live, un témoignage de sa première tournée avec un groupe en 1998. Elle décida d'écrire quelques chansons à inclure sur un disque bonus sur une édition limitée ; en fin de compte, elle produisit un double album qui sortit en septembre 1999 sous le titre To Venus and Back.

L'album comprend un disque live (sous-titré « Live: Still Orbiting ») en plus d'un disque studio avec de nouvelles chansons (sous-titré « Venus Orbiting »). Cela était plus clairsemé tant en production qu'en arrangements mais, comme ce dernier, il comprend des influences de dance music et de musique électronique et un piano relativement en retrait.

Un des sujets abordé dans l'album est une suite d'homicides de femmes non résolus dans la ville Juárez à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. La chanson qui clôture l'album, 1,000 Oceans, était bien plus proche dans l'esprit de ses premières chansons et, comme les plus exprérimentales Bliss (LP Version), Glory of the '80s et Concertina, devint un succès radiophonique et dans les charts. L'album lui-même, en raison de son prix plus élevé dû au format double CD, atteignit la 22e place au Royaume-Uni et la 12e place aux États-Unis.

Strange Little Girls (2000-2001)

En 2000, elle fit une pause tant au niveau des tournées qu'au niveau de l'écriture et donna naissance en septembre à sa fille, Natashya, après avoir fait trois fausses couches. Elle revint en 2001 avec Strange Little Girls, un album de reprises de chansons écrites par des hommes et parlant des femmes. Malgré sa pause, l'album fut encore un succès commercial, atteignant la 16e place des charts au Royaume-Uni et la 4e aux États-Unis, sa meilleure position là-bas pendant presque six ans.

Cette fois, les critiques furent presque uniformes : la plupart des critiques virent l'album comme un grand mélange, tout en faisant l'éloge des réécritures improbables de '97 Bonnie & Clyde d'Eminem et Raining Blood de Slayer, mais descendant les versions de la chanson cryptique Happiness is a Warm Gun de John Lennon et de Heart of Gold de Neil Young.

La tournée qui s'en suivit, le « StrangeLittleTour », sa première tournée solo depuis 1994, fut acclamée particulièrement pour ses interprétations solo de chansons de « Boys for Pele », « From the Choirgirl Hotel » et « To Venus and Back ».

Scarlet's Walk (2002-2003)

En 2002, Amos sortit son huitième disque studio, Scarlet's Walk. Décrit comme un « roman musical », cet album comprenant 18 chansons se révéla être marquant pour diverses raisons. Au niveau du style, Tori mit en avant les percussions et la basse, utilisant son piano comme un accent plutôt que de le mettre devant. Au niveau thématique, l'album explore l'alter ego de Amos, Scarlet, et son voyage à travers l'Amérique après le 11 septembre 2001. Au travers des chansons, elle traverse l'histoire de l'Amérique, du peuple américain, des indiens d'Amérique, de la pornographie, du masochisme, de l'homophobie et de la misogynie. Le premier single, A Sorta Fairytale, a été classé dans le top 10 aux États-Unis. Il est aussi sorti en tant que single au Royaume-Uni avec une face-B appelée « Operation Peter Pan ».

Le deuxième single, Taxi Ride, était un hommage au maquilleur Kevyn Aucoin, un de ses amis. Un concours a été organisé en ligne afin de créer un clip vidéo pour la chanson, et il monta jusqu'à la place numéro 40 aux États-Unis. Le troisième single, Strange, a été remixé à la manière country et est passé en boucle à la radio. Aucun des deux singles suivants ne sortirent dans la commerce.

Pour essayer d'empêcher la diffusion illégale de son album sur Internet, Tori Amos, conjointement avec son mari et son équipe, inventa une sorte de colle spéciale pour fermer les lecteurs CD portables contenant l'album. Ceux-ci furent alors distribués à la presse à condition qu'ils soient rendus dans les quarante-huit heures. Si quelqu'un essayait d'ouvrir le lecteur, ce dernier et le disque se casseraient en morceaux. Le succès de cet essai fut tellement grand que l'industrie du disque commença à le suivre.

Afin de motiver l'achat de l'album plutôt que de télécharger son contenu illégalement, le CD servait aussi de clé pour accéder au « Scarlet's Web », un site web qui comprenait diverses chansons (Tombigee, Mountain) ainsi que de nombreuses photographies et d'articles de journaux qui n'étaient disponibles nulle part ailleurs. Tori fut nommée pour un Grammy Award pour l'emballage de l'édition limitée de l'album. Il incluait un DVD bonus ainsi qu'une collection d'objets comme des autocollants, une carte, et des photos. Une fois encore, l'album fut un succès commercial, atteignant la 26e place au Royaume-Uni et la 7e place aux États-Unis et devint son album le plus vendu depuis cinq ans.

Tales of a Librarian (2003)

En 2003, Tori Amos sortit Tales of a Librarian, qu'elle appela une « autobiographie musicale » (elle ne croit pas au terme « greatest hits »). Plutôt que reprendre les singles et les rassembler sur un seul et même disque, elle choisit à la place de revisiter certaines de ses chansons favorites de sa carrière, se concentrant sur celles auxquelles elle pensait pouvoir apporter quelque chose de plus que sur l'enregistrement original. Elle ajouta deux nouvelles chansons et deux faces-B réenregistrées : Angels, Snow Cherries from France, Sweet Dreams et Mary (ces deux dernières ayant été enregistrées à l'origine en 1990 au cours des sessions de l'album Little Earthquakes). Bien que l'album se classa 40e aux Royaume-Uni et 74e aux États-Unis, ce qui en fait son album le moins bien classé, les ventes ont augmenté sur le long terme.

Welcome to Sunny Florida (2003-2004)

En 2004, Tori Amos réalisa un DVD/CD appelé Welcome to Sunny Florida. Le DVD présente une performance en public extraite de la tournée « On Scarlet's Walk » (« Sur les traces de Scarlet » en français) de 2003. Le CD, quant à lui, rassemble des faces-B à l'origine uniquement disponibles sur Internet, ainsi que des nouvelles chansons, le tout présenté sous le titre de « Scarlet's Hidden Treasures » (« Les trésors cachés de Scarlet » en français). Ce fut un succès commercial : le DVD atteignit la 1re place dans les charts DVD au Royaume-Uni et la 2e aux États-Unis.

En novembre 2004, elle perdit son frère, Michael Amos, dans un accident de voiture.

The Beekeeper et Piece by Piece (2004-2005)

Fin février 2005, Tori Amos revint sur le devant de la scène avec un nouveau album-concept, The Beekeeper. L'album traite de sujets tels que la mort, l'adultère et les conflits amoureux ; il fait également une brève référence à l'ancien mysticisme gnostique. Il fut disponible sur Internet plus d'un mois avant sa sortie. Les premières critiques le décrivirent comme son album le plus accessible, et comme une réminiscence de son premier album.

Sleeps with Butterflies fut le premier single à être tiré de l'album, Sweet the Sting fut le suivant à l'été. Aucun des deux ne sortit dans le circuit commercial. L'album lui-même atteint la 24ème place au Royaume-Uni et la 5ème place aux États-Unis, faisant de Tori Amos une des rares femmes à avoir classé cinq albums ou plus dans le top 10 américain. En dépit de cela, « The Beekeeper » reste la plus faible performance commerciale de Tori (233 000 copies vendues, nombre inférieur aux ventes des EP Crucify en 1992 et Hey Jupiter en 1996). C'est cependant son meilleur classement en Allemagne (8ème place). Son désintérêt pour le circuit commercial de l'industrie musicale fut affiché lors de la tournée « Original Sinsuality » où elle ne joua pas le premier single tiré de l'album lors de nombreuses dates. Les maisons de disques attendent en général que les chanteurs interprêtent leurs singles et plus grands succès régulièrement.

La tournée qui suivit, surnommée le « Original Sinsuality Tour », démarra le 1er avril 2005 et fut sa première tournée solo depuis 2001, mettant en avant le piano et l'orgue. La tournée passa par l'Australie ; ce fut la première fois depuis 1994. Les critiques de la tournée furent mitigées, mais elle continua à la fin de l'été 2005 à travers l'Europe, incluant des concerts en juin 2005 au festival de Glastonbury et au festival Meltdown de Patti Smith à Londres. La tournée se termina aux États-Unis en tant que « Summer of Sin », qui reçut de bien meilleures critiques que la première partie américaine, au printemps. Un des faits marquants de la tournée fut que les fans ont pu choisir sur son site internet, les reprises qu'elle jouerait lors de ses concerts. Une des chansons choisies fut Can't Get You Out of My Head de Kylie Minogue que Tori lui dédicaça le jour de l'annonce officielle du cancer du sein de Kylie. Les autres chansons interprétées par Tori furent entre autres People are Strange des Doors, The Circle Game de Joni Mitchell et When the Levee Breaks de Led Zeppelin.

En parallèle avec l'album, Tori Amos sortit une autobiographie intitulée Piece by Piece co-écrite par la journaliste de musique rock Ann Powers. Elle y explore de manière profonde son obsession pour la mythologie et la religion, le processus d'écriture de ses chansons tout en racontant l'histoire de son ascension vers la célébrité.

American Doll Posse (2007)

Son 9ème album studio, American Doll Posse, est sorti le 1er Mai et la tournée associée débuta le 28 mai à Rome.

http://www.toriamos.com ; http://www.myspace.com/toriamos


Source

Top Titres

Cornflake Girl 1

Cornflake Girl

A Sorta Fairytale 2

A Sorta Fairytale

Winter 3

Winter

Crucify 4

Crucify

Silent All These Years 5

Silent All These Years

Precious Things 6

Precious Things

Spark 7

Spark

God 8

God

Tear in Your Hand 9

Tear in Your Hand

Girl 10

Girl

Top Albums

Little Earthquakes
Little Earthquakes
pistes
Scarlet's Walk
Scarlet's Walk
pistes
From the Choirgirl Hotel
From the Choirgirl Hotel
pistes